La Fonte

           
              La présence de haut-fourneaux est attestée dans les vallée gaumaises du Ton et de la Rulles dès le XVIème siècle. Ils souffrent bientôt de la concurrence étrangère, notamment liégeoise, et disparaissent dès le XIXème siècle. Ils ont cependant produit un nombre important de pièces, poêles, chenets, crémaillères, taques, dont certaines sont conservées dans les Musées Gaumais.

            Le musée de Virton possède un grand nombre de taques de foyer en fonte dont le rôle était la rétention de la chaleur produite par le foyer
.

            Réalisées à partir d'un moule perdu, mais aussi à partir d'une forme, ou modèle, réutilisable, les taques n'étaient en principe pas des pièces uniques.
            La qualité de leur finition varie selon le soin apporté par l'atelier du fondeur à la réalisation du moule et du modèle de base, en bois ou en argile. Les différences de qualité s'expliquent bien entendu par les différences de statut social entre les acheteurs auxquels étaient destinées les taques.

            Leur iconographie est variée, mais  la thématique reste stéréotypée : scènes religieuses, scènes mythologiques et armoiries.

            De magnifiques poêles en fonte, circulaires ou à étages rectangulaires, souvent indispensable autrefois (cf. le pèle
), sont également exposés, de même que des crémaillères, des moules à gaufres ou à hosties, des chenets, ...
            Les plus anciennes pièces remontent au XVIème siècle.