Retour au sommaire


            Le gaumais, aussi appelé lorrain de Belgique, est l'un des dialectes romans du sud de la Belgique, avec le champenois (région de Bouillon) et le wallon (Bastogne, Neufchâteau).
              C'est un dialecte roman, issus donc, au même titre que le français, du latin parlé autrefois en Gaume.

              L'origine de la persistance d'un patois roman en Gaume, à quelques kilomètres d'une région de dialecte germanique, le Pays d'Arlon, est assez floue, la région d'Arlon ayant elle aussi été très fortement romanisée, et ayant subi au même titre que la Gaume, des invasions germaniques.
              On peut peut-être avancer que, à côtés des séparations naturelles entre les régions germaniques et romanes (marais, forêts), des raisons politico-sociales seraient à l'origine de cette opposition : les clans germaniques, par rapport aux anciennes familles patriciennes romaines, auraient-ils eu plus d'importance à Arlon qu'en Gaume ?


              Dialectalement parlant, le gaumais se distingue phonétiquement de son voisin wallon par deux aspects caractéristiques. Le premier est l'emploi du "a" long ("â"), à la place du "ai" français ou du "è" wallon (maître en français, messe en wallon, mâte en gaumais) ; le deuxième est l'emploi du "mi" comme deuxième terme de la négation.
              Ces caractéristiques sont d'ailleurs immédiatement relevées par les patoisants wallons du bassin industriel liégeois, dès qu'on les interroge sur le patois gaumais. En effet, à la fin des années soixante et au début des années septante, beaucoup d'ouvriers gaumais vinrent travailler dans la région liégeoise, suite à la fermeture des usines sidérurgiques de la Lorraine belge (région d'Athus).